Communiqué de presse

Un body pour les bébés boélands

Le (bébé) Boéland ne crie pas, il parle fort

A partir du ce mois, et avec effet rétroactif au 1er janvier 2018, tous les néo-parents boélands recevront un body pour parer leur nouveau-né des couleurs de la commune. Cette démarche est à la fois un clin d’œil historique, une manière de renforcer le lien entre les habitants et leur cité ainsi qu’une déclinaison, sur le ton de l’humour, de la nouvelle ligne graphique, adoptée en 2017.

Nous aimons à penser que l’origine du gentilé des habitants de La Tour-de-Peilz, les Boélands et les Boélandes, est lié à l’expression « pousser une boélée », soit parler fort, ce qui arrivait fréquemment aux bacounis. Les bacounis ? Oui, autrement dit, les bateliers du Haut-Lac qui manœuvraient les fameuses barques lémaniques.

Et il s’agit bien de parler fort et non de hurler. La nuance est de taille. Digne héritier de cette longue tradition, le Boéland moderne sait se faire entendre contre vents et marées. Et cela commence tôt ! Très tôt. Pas seulement à La Tour-de-Peilz, c’est vrai… Il semblerait en effet que les sons émis par les bébés dès les premiers instants de la vie aient une signification. En d’autres termes, bébé ne crie pas, il nous parle. Et si nous n’entendons que des hurlements stridents et désarticulés, c’est parce que nous ne sommes pas capables de comprendre le sens de la communication que le nouveau-né tente péniblement d’établir.

Il semblait donc de la plus haute importance de rappeler ces vérités essentielles aux néo-parents, mais aussi d’offrir à chaque tout nouvel habitant un souvenir de sa première commune. C’est pour cela que tous les bébés nés en 2018 en terre boélande (il y en a eu 100 en 2017 et 115 en 2016) recevront un body aux couleurs de La Tour-de-Peilz.

La Tour-de-Peilz, le 7 mars 2018