Communiqué de presse

Les Rives du lac devant le Conseil communal

Au cours d’une conférence de presse tenue lundi 3 mai 2010, la Municipalité de La Tour-de-Peilz a présenté un préavis relatif à l’initiative populaire communale « Pour un accès public aux rives du lac ». Ce texte est soumis au Conseil communal avec une recommandation de valider l’initiative sur la forme (conforme au droit) mais à la refuser sur le fond.

Le 26 novembre 2008, le comité de l’initiative populaire communale « Pour un accès public aux rives du lac » déposait 2'174 signatures valables au Greffe municipal, soit 1'025 de plus que le nombre minimal requis. L’initiative demande que soit aménagé, dans le respect des lieux existants, un cheminement piétonnier sur les rives du lac entre le Bain des dames et la Plage de la Maladaire.

Pour la rédaction de son préavis, la Municipalité a pris contact avec la Commission cantonale des rives du lac (CRL), compétente pour attribuer les subventions relatives à cet objet, et lui a soumis un projet de tracé. Il en ressort que celui-ci doit passer par le domaine public communal ou sur les parcelles privées, mais pas sur le domaine public cantonal (lac). Les quelque 2 km de cheminement d’une largeur moyenne de 1,20m sont devisés à Fr. 3'630'000.-, subventionnés à raison de 50% par le canton. Ces chiffres ne comprennent pas d’éventuels frais d’expropriation.

La Municipalité a enregistré sans surprise l’opposition résolue des trente propriétaires et co-propriétaires concernés auquel le projet de préavis a été soumis. Ceux-ci rejettent une réalisation à leurs yeux coûteuse et dont l’intérêt public n’est pas démontré, qui amènera son lot de nuisances, détruira des espaces naturels encore préservés et pourrait constituer un danger pour ses utilisateurs en cas de forte tempête. Sur les 2’000m du tracé, 566m pourraient nécessiter une expropriation.

La Municipalité considère pour sa part que, compte tenu de sa compétence en la matière, un cheminement piétonnier sur les rives du lac entre La Becque et la Maladaire est trop coûteux pour un ouvrage qui, de par sa configuration, ne sera pas accessible aux personnes à mobilité réduite. Elle estime également que le droit à la propriété garanti par la Constitution fédérale ne devrait être limité que pour des réalisations d’intérêt public majeur, ce qui n’est pas le cas en l’espèce.

Le Conseil communal aura à se prononcer sur la forme et le fond de l’initiative le 23 juin prochain. En cas d’acceptation, la Municipalité devra présenter un crédit de construction dans les quinze mois, sous réserve d’un référendum lancé contre cette décision. En cas de refus du corps délibérant, l’initiative sera soumise au vote populaire dans les six mois, le 28 novembre 2010 selon le calendrier établi.

La Tour-de-Peilz, le 3 mai 2010

2021